• Manifestations scientifiques,

Travail et protection sociale : de nouvelles articulations ?

Publié le 6 octobre 2016 Mis à jour le 7 octobre 2016
Date(s)

du 17 novembre 2016 au 18 novembre 2016


Lieu(x)
Escalier M – 2ème étage
Université Panthéon-Assas (Paris 2)
12, Place du Panthéon 75005 Paris

Les rapports entre le travail et la protection sociale font l'objet d'une articulation complexe et évolutive. Alors qu’un grand nombre de systèmes de protection ont été construits, selon un modèle « bismarckien », au profit des seuls travailleurs salariés, la construction en France de la Sécurité sociale a débouché sur un modèle original, conjuguant des dispositifs centrés sur la protection des travailleurs (assurance chômage, retraites et retraites complémentaires, risques professionnels…) et des couvertures s'adressant à un public plus large, prenant la forme tantôt de prestations de nature universelle (prestations familiales), tantôt encore de protections généralisées à l'ensemble de la population (maladie).

Aujourd’hui, de nouveaux équilibres dans les rapports entre travail et protection sociale semblent s’esquisser, ainsi qu’en témoignent par exemple l’universalisation de l'assurancemaladie avec l'adoption de la protection universelle maladie (PUMA), l’élargissement des
bénéficiaires de la protection sociale dans la suite du Rapport Supiot (distinction entre les droits universels, le droit commun de l’activité professionnelle, les droits propres aux travailleurs et les droits assis sur des activités non professionnelles), ou encore le redéploiement des modes de financement de la protection sociale... Autant d’évolutions qui, pour importantes qu’elles soient, ne manquent pas cependant d’interroger, à en juger par exemple par celles ayant affecté l'assurance maladie, dont l'universalité s'est affirmée
au moment même où le poids de la protection assurée aux salariés s’est renforcé par la mise en place de la généralisation de la couverture complémentaire…

L’ambition du colloque est de mieux comprendre pourquoi et comment les équilibres entre travail et protection sociale sont conduits à se déplacer et recomposer. Ce qui impose, tout d’abord, que les changements affectant les logiques de la protection sociale
soient analysés au regard des profondes mutations qui touchent la construction des protections juridiques assises sur le travail : l’évolution de la relation de travail et d'emploi, la promotion du travail indépendant, voire de manière générale de l'activité professionnelle, l’inflexion des politiques de l'emploi donnant crédit aux politiques de flexicurité construites au niveau européen, la mobilisation en direction des travailleurs de dispositifs revêtant une forte dimension assistancielle en sont autant d'indices.

Et ce qui impose, ensuite, que l'analyse ne se borne pas à dresser un état des lieux des évolutions en cours mais au contraire se projette sur l’avenir en recherchant si et de quelle manière le droit pourrait consacrer la mise en place de nouvelles articulations entre le travail et la protection sociale.
Partenaires :
CERSA

Mis à jour le 07 octobre 2016